Les astuces pour réussi la patine

La patine est souvent considérée comme une solution miracle, pour redonner du charme aux meubles anciens en bois et au mobilier vieillot. Le terme englobe plusieurs techniques très différentes, ayant toutes le même but : vieillir artificiellement les meubles, objets déco ou bibelots, pour leur donner le charme de l’ancien. Alors que la peinture se contente de colorer un support, la patine va apporter un véritable effet de matière, en faisant ressortir le veinage, les irrégularités ou les usures du bois. Pour créer ces effets, vous devez bien travailler la ou les peintures. Voici quelques conseils pour patiner votre meuble en bois avec succès.

Bien choisir le type de meuble

Avant de décider de redonner vie à votre meuble en bois grâce à la patine, vous devriez absolument prendre en compte le type de meuble dont il est question. En effet, s’ils peuvent tous être patinés, le résultat est toutefois plus probant sur certains types de meubles que d’autres.

Il n’est pas recommandé de patiner un meuble en bois fruitier : cerisier, merisier ou acajou par exemple. Le rouge présent dans le bois, ressort dans la patine. La couleur que vous aurez sélectionnée, va donc virer vers des teintes rougeâtres non désirées. Aussi, les meubles en contreplaqué doivent être évités pour la patine, car lorsqu’on décape, la pellicule de bois se détache et il devient alors difficile de patiner.

Il est également compliqué de patiner un meuble en bois clair, tel que le pin. Si vous recherchez un effet ancien sur ce type de meuble, il va être nécessaire de foncer le bois au préalable, pour ensuite déposer la couleur claire. Autant réduire les étapes et partir directement sur un meuble foncé. Le choix idéal reste un meuble ancien en chêne, en hêtre, voire en pitchpin.

Les étapes de base de la patine

Si les professionnels de la patine utilisent des techniques pointues nécessitant un apprentissage minutieux, voire des années d’expérience, les patines les plus élémentaires sont à la portée de tout le monde. Pour un meilleur résultat, vous devez observer certaines étapes clés.

D’abord, il faut mettre à nu, le bois que vous allez patiner. Si le meuble en question est peint, ciré ou verni, débarrassez-le de ces couches protectrices en utilisant un produit décapant ou en le ponçant méticuleusement. Après avoir bien nettoyé votre meuble, il est impératif d’appliquer une sous-couche appropriée, aussi appelée peinture d’apprêt. Précisons que pour une longévité optimale, mieux vaut compter sur du bois massif que sur du Formica, dont la peinture s’écaille plus vite.

Enfin, avant de vous lancer, faites un test sur un échantillon ou une partie cachée du meuble. Cela pourrait bien vous éviter certaines mauvaises surprises, après séchage.

Quelques techniques de patine

Il existe de nombreuses méthodes pour apporter l’aspect vieilli, qui fait le charme des patines. Une solution classique consiste, une fois la sous-couche et la peinture sèche, à poncer la surface avec du papier abrasif, de la laine d’acier ou la brosse en laiton, pour dénuder les zones qui s’usent naturellement avec le temps. Si vous utilisez de la peinture acrylique, à l’eau, vous avez la possibilité de troquer le papier contre un coton imbibé d’alcool à brûler. Ce dernier fera fondre la peinture aux endroits souhaités, pour découvrir le bois en dessous ou les couches de peinture.

La salissure qui recouvre les meubles anciens, s’imite aussi en appliquant au pinceau, sur la peinture sèche, un mélange de bitume de Judée et d’essence de térébenthine ; un mélange que vous essuierez immédiatement au chiffon. C’est la même méthode quand vous utilisez de la cire teintée. À l’aide du pinceau, déposez une cire en pâte, dont la teinte est proche de la poussière et de l’usure du temps. En général, il s’agit d’une couleur chêne foncée. Frottez enfin au chiffon, pour enlever l’excédent de cire. Le résultat sera visible immédiatement.